Orabank : de la désorganisation à l’imposture

Orabank : de la désorganisation à l’imposture

Plusieurs citoyens désapprouvent la façon dont Orabank se comporte à leur égard. De la Minière à Manquepas en passant par Madina-Niger, la déshumanisation au niveau des agences de cette institution bancaire se passe de tout commentaire. Ce qui amène certains clients à la décision ultime : partir d’Orabank dans l’espoir de trouver un meilleur traitement ailleurs. Mais comment en sont-ils arrivés là ?

Jeudi, 07 mai 2020 nous avons démarré notre observation à l’agence située au quartier minière. Il était 10heures. La journée venait de commencer et il ne restait que quatre heures pour tout avoir, ou perdre. « Tout dépend du mobile de votre présence et de votre capacité de résignation », s’indigne un client, qui détenait le ticket marqué 48 sur la liste d’attente. Pour lui, il s’agissait de la seconde journée sans résultats. Dans la foulée, arrive un représentant d’entreprise. A l’entrée, lui ne perd pas de temps. Le vigile lui ouvre la porte et pour ce gros client, le tout se joue en un quart d’heure.

Dès sa sortie, arrive un chef d’entreprise. Ce dernier est reçu dans les mêmes conditions. Approché par nos soins, il mentionne « j’étais venu pour une remise. » Peu avant 14 heures , le téléphone crépite. Au bout du file, le chef d’entreprise rencontré à la banque nous confie à son tour que « les choses ne fonctionnent pas correctement à Orabank. J’ai été rappelé par la banque. On me demande de revenir récupérer mon chèque. Et la femme qui est responsable des opérations s’est montrée incapable de m’expliquer la raison. »

Ainsi, commence donc une semaine d’observations dans deux autres agences d’Orabank. Le vendredi , 08 mai très tôt le matin, nous voilà dans l’enceinte de l’agence de Kaloum. A l’intérieur tout à l’air normal. Nous approchons donc le responsable des opérations pour la remise du chèque refoulé la veille à l’agence de minière. « Tout a bien commencé. Le monsieur qui m’a reçu a bien rempli le formulaire et s’apprêtait à positionner le chèque. Du coup, je lui ai dit ce qui s’est passé à la minière », a déclaré notre interlocuteur. Selon lui, l’agent bancaire lui a directement retourné le chèque et a dit de passer voir le chef d’agence, Donzo « seul ce dernier peut autoriser la suite du processus. »

C’était donc le début d’une longue semaine de démarches, soupire le chef d’entreprise. « J’ai été voir le chef d’agence. A l’entrée de son bureau, il a dit que notre discussion se ferait par téléphone. Il m’a donc retenu au téléphone environ six minutes et sa réponse a été de me dire de retourner voir le gestionnaire de mon compte pour régler le paramétrage », poursuit le client. « A la minute, j’ai appelé M. Diallo qui se trouve être le chef d’agence de madina. Il m’a dit de laisser le chèque à l’agence de Kaloum et qu’il assurerait le suivi pour que je rentre en possession de mon dû le 12 mai, cinq jours après », détaille le chef d’entreprise.

« Mardi, suis reparti à l’agence de Kaloum pour voir si le processus est à terme. On m’a dit de patienter pendant 3heures du temps. Jusque mercredi à midi (heure à laquelle je suis allé récupérer mon chèque) personne, ni les responsables d’opérations, ni les chefs d’agences n’étaient en mesure de me dire en toute sincérité qu’ils n’ont pas eu la force professionnelle de me satisfaire », s’est-il lamenté.

A noter qu’en plus de ce chef d’entreprise , nombreux citoyens ont des réserves par rapport aux prestations d’Orabank. La question est de savoir comment une institution bancaire peut-elle se montrer si négligente au point de ne pas paramétré un compte cinq ans après sa création ? »

   Envoyer l'article en PDF   
Categories: Société

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/0/d573822859/htdocs/clickandbuilds/LePointPlus/wp-content/themes/novomag-theme/includes/single/post-tags.php on line 4

About Author

Write a Comment

Laisser un commentaire