Quand et pourquoi les avions s’écrasent-ils ?

Quand et pourquoi les avions s’écrasent-ils ?

L’action Boeing a perdu 5 % lundi après que l’on a appris que la Chine, l’Indonésie et l’Ethiopie maintiendraient leurs avions Boeing 737 Max au sol. Cela s’est produit le lendemain du jour où les 157 passagers et membres d’équipage d’un avion d’Ethiopian Airlines sont tous morts dans un crash. Plus tôt dans la journée, le titre avait même perdu 10 %, la plus forte baisse depuis le 11 septembre 2001. La cause de la catastrophe n’est pas encore connue. Cependant, l’inquiétude augmente maintenant que 2 Boeing 737 Max se sont écrasés à moins de 5 mois. Quand et pourquoi les avions s’écrasent-ils ?

Le 737 MAX est le nouveau navire amiral du constructeur aéronautique américain. Tous les records de vente ont été battus lorsque Boeing a annoncé la nouvelle génération d’avions emblématiques 737. Le 737 MAX est relativement économique et donc populaire.

Boeing a maintenant livré environ 350 appareils à ses clients. Ce sont des compagnies aériennes du monde entier. Plus de 5 000 commandes ont été commandées depuis 2011, dont 135 rien que par Ryanair.

Cela fait du 737 MAX l’avion le plus vendu de tous les temps. Mais après deux catastrophes aériennes sur une période relativement courte, Boeing et son modèle à succès risquent d’en pâtir.

Mardi, les deux boîtes noires de l’avion écrasé dimanche d’Ethiopian Airlines ont été retrouvées. Une boîte contient les enregistrements sonores du cockpit, l’autre contient les données de vol. Nous devons maintenant attendre l’analyse des deux boîtes noires ou de ce qu’il en reste pour pouvoir tirer des conclusions.

Pourquoi les avions s’écrasent-ils ?

Dans son best-seller ‘The Outliers’, l’auteur Malcolm Gladwell est parti à la recherche de la raison des catastrophes aériennes :

Dans le monde réel, les accidents d’avion n’ont pas grand-chose à voir avec ce que l’on peut voir dans les films. Les moteurs explosent rarement, comme cela semble être la règle dans les scénarios hollywoodiens. Non, les crashs d’avion sont souvent l’aboutissement de l’accumulation de petits défauts apparemment insignifiants ».

Une mauvaise météo, du retard et de la fatigue

Très souvent, dans un accident typique, la météo est mauvaise, pas nécessairement épouvantable, mais assez mauvaise pour que le pilote se sente un peu plus stressé que d’habitude. Dans une grande partie des accidents, l’avion est en retard, et les pilotes tentent de rattraper le temps perdu. Dans 52 % des accidents, le pilote aux commandes est éveillé depuis au moins 12 heures, ce qui signifie qu’il est fatigué et qu’il ne pense plus clairement. Dans 44 % des cas, les deux pilotes n’ont jamais volé ensemble auparavant, de sorte qu’ils ne sont pas tout à fait à l’aise l’un avec l’autre.

7 erreurs humaines consécutives

Puis les erreurs commencent, et ce n’est pas seulement une erreur. L’accident d’avion typique implique 7 erreurs humaines consécutives. L’un des pilotes fait une erreur, ce qui n’est pas un problème en soi. Puis l’un d’eux en fait une autre par dessus, mais cette erreur, combinée avec la première, n’entraîne pas nécessairement une catastrophe. Puis ils commettent une troisième erreur, et une autre, et une autre et une autre, et c’est la combinaison de toutes ces petites erreurs qui mènent à la catastrophe.

Ces sept erreurs sont rarement des problèmes de savoir-faire ou de compétences de vol. Le pilote n’a pas à effectuer une manœuvre technique décisive à laquelle il pourrait échouer. Le type d’erreurs qui provoquent des crashs d’avions sont invariablement des erreurs de travail d’équipe et de communication. Un pilote sait quelque chose d’important, mais il néglige d’avertir l’autre pilote. Un pilote fait quelque chose de mal, mais l’autre ne le voit pas. Il faudrait prendre une série de mesures complexes pour se sortir d’une situation dangereuse, mais d’une certaine manière, les pilotes ne parviennent pas à coordonner leur travail, et ils ratent l’une de ces étapes.

Un travail d’équipe

« Le poste de pilotage entier est conçu pour être opéré par deux personnes, et ces opérations se déroulent mieux si l’une des deux personnes vérifie ce que fait l’autre, ou lorsque les deux pilotes sont prêts à coopérer l’un avec l’autre», dit Earl Weener qui a été responsable de la sécurité chez Boeing pendant des années.

Les avions ne pardonnent pas lorsque l’on ne fait pas les choses correctement. Et il est devenu clair depuis longtemps que les opérations sont plus sûres lorsque deux pilotes coopèrent pour faire voler l’appareil, plutôt que lorsque l’on a un seul pilote qui fait voler l’avion, et l’autre qui n’est là que pour reprendre les commandes si ce pilote n’est plus en mesure de les tenir ».

Avec l’express

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   
Categories: Société

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/0/d573822859/htdocs/clickandbuilds/LePointPlus/wp-content/themes/novomag-theme/includes/single/post-tags.php on line 4

About Author

Write a Comment


Warning: Illegal string offset 'rules' in /homepages/0/d573822859/htdocs/clickandbuilds/LePointPlus/wp-content/themes/novomag-theme/functions/filters.php on line 199

Warning: Illegal string offset 'rules' in /homepages/0/d573822859/htdocs/clickandbuilds/LePointPlus/wp-content/themes/novomag-theme/functions/filters.php on line 200
<