Guinée : nouvel An, nouvelles dispositions du Pouvoir Condé

Guinée : nouvel An, nouvelles dispositions du Pouvoir Condé

Au seuil de l’année qui s’achève, il conviendrait, à défaut d’établir un bilan de la gouvernance du Pouvoir Condé, de procéder, à la lumière des réalisations et des échecs constatés, à des pronostics qui permettraient d’avoir des idées plus ou moins justes de ce à quoi les guinéens pourraient assister dès que le Nouvel An ouvrira grandement ses portes.

Il s’agit de pronostiquer, en prenant pour base de références, la gouvernance et tout ce qui s’y rattache, en termes d’acquis et de maladresses, de performances et de manque à gagner. Tout d’abord, de ce gouvernement chargé d’exécuter les volontés et les programmes contenus dans la vision du président Condé, il ya lieu de noter les insuffisances de la plupart des ministres nommés, dont certains n’auront été que des acteurs absents, effacés, au point de donner l’impression que les départements dont ils ont la charge sont quasi-inexistants. Le gouvernement Youla n’aura fonctionné, dans une certaine mesure, qu’à travers des ministères spécifiques, ceux du Budget, des finances, de la Santé, avec Ebola, de l’enseignement pré-universitaire décrié, des sports, avec le scandale à la Féguifoot, des investissements et partenariat public-privé, de l’emploi jeunes avec d’éternels projets illusoires. En définitive, le gouvernement Youla, depuis sa nomination, n’aura été qu’une fiction. Une équipe de guignols qui ne bougent que lorsqu’on les manipule.

De la nécessité de congédier ce gouvernement

C’est moins un souhait qu’une nécessité pour le président Condé qui a plus que jamais besoin d’une équipe gouvernementale mieux qualifiée. Pour ce faire, il faut des compétences avérées, des cadres engagés à redonner de l’espoir aux guinéens et à reconquérir la confiance de tous les citoyens, sans exclusive. Il ne suffirait pas de changer de premier ministre, pour espérer redynamiser l’ancienne équipe qui pèche par la médiocrité de l’ensemble de ses membres, mais de nommer de nouveaux ministres et ce, pour tous les départements à pourvoir. Faudrait-il noter que les ministères qui représentent l’Enseignement, devront être fondus en un seul ministère de l’Education nationale, avec une direction nationale pour chacun des ordres d’enseignement. Cela diminuerait les charges et permettrait de mieux cerner les besoins et de qualifier le personnel enseignant qui souffre d’un manque de formation.

De la gestion de l’espace politique

Il faut beaucoup plus d’ouverture vers le dialogue et les concertations. Les malentendus seraient évités sur bien des sujets. Le consensus pourrait être d’un recours précieux, lorsque les divergences créent la méfiance. Il faut donner à la pratique de la politique une certaine hauteur, pour qu’elle ne soit plus l’échelle des médiocres et des opportunistes. L’Assemblée nationale, par le fait d’être un lieu de rendez-vous manqué, du fait de ne plus être en mesure de prévenir les divergences inopportunes, ne semble plus répondre aux attentes des populations. A ce niveau, il faut poser les vrais problèmes qui ne soient pas seulement ceux motivés par des interpellations, des événements et des circonstances inopinées. L’Assemblée nationale, C’est le vestibule de la sagesse où se débat, de façon responsable et mûrie, la vie de la Nation. L’opposition politique doit être redéfinie, pour qu’elle ne soit plus une organisation politico-syndicale dont la mission se limite, strictement, à des revendications. Elle doit participer à la gestion des affaires de l’Etat, en sachant apprécier les progrès et les erreurs, en toute responsabilité. Le pouvoir doit savoir écouter et prendre acte des interpellations et des critiques positives qui lui sont adressées. Il s’agit de la Guinée, un patrimoine commun dont le devenir dépend de l’harmonie de nos actes et de nos pensées.

De la vie des populations

La pauvreté est un lourd fardeau, il faut alléger ce fardeau par la mise en valeur des secteurs de développement. Il faut une bonne politique agricole qui impliquerait le monde rural et les techniciens du domaine, avec une assistance alléchante de l’Etat. L’identification et la mise en valeur des terres sont des préalables dans le choix des moyens techniques et des espèces à cultiver. Diviser les terres cultivables en zones de production, pour varier les cultures, selon la nature et les disponibilités des sols. Les producteurs doivent être acteurs et bénéficiaires de leur propre développement. Le Nouvel An est un nouveau défi pour le Pouvoir Condé. Le sentiment et le favoritisme sont les premiers ennemis du Pouvoir. Plein de cadres en ont bénéficié pour ternir l’image du pouvoir qui leur a tendu la perche de l’opportunisme.

Barrou le patriote

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   
Categories: Actualité

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/0/d573822859/htdocs/clickandbuilds/LePointPlus/wp-content/themes/novomag-theme/includes/single/post-tags.php on line 4

About Author

Write a Comment


Warning: Illegal string offset 'rules' in /homepages/0/d573822859/htdocs/clickandbuilds/LePointPlus/wp-content/themes/novomag-theme/functions/filters.php on line 199

Warning: Illegal string offset 'rules' in /homepages/0/d573822859/htdocs/clickandbuilds/LePointPlus/wp-content/themes/novomag-theme/functions/filters.php on line 200
<