Guinée : les victimes du 28 septembre 2009 et leurs soutiens s’impatientent

Guinée : les victimes du 28 septembre 2009 et leurs soutiens s’impatientent

Les organisations de défense des droits de l’Homme veulent des avancées majeures avant le prochain anniversaire des massacres survenus à Conakry le 28 septembre 2009. La FIDH, l’OGDH, l’AVIPA et les MDT ont indiqué vendredi après-midi qu’ils ne peuvent pas attendre au-delà de fin septembre prochain pour noter l’intention de la part des autorités d’aller au procès.

Sans donner des détails, des représentants de ces quatre organisations ont révélé avoir rencontré ces derniers jours des représentants du gouvernement pour aborder les défis du dossier du 28 septembre 2009. L’objectif, selon eux, c’est de pouvoir obtenir dans les meilleurs délais, les assurances des autorités pour aller au procès et de pouvoir aider les victimes à obtenir justice. ‘’ Les obstacles peuvent être surmontés à travers les engagements des uns et des autres ‘’, a souligné le président de l’OGDH, Abdoul Gadiri DIALLO pour répondre à ceux qui pensent que la Guinée a encore besoin du temps pour justifier le retard.

Pour sa part, la présidente de l’AVIPA ne cache pas la crainte de voir d’autres manœuvres pour retarder encore le jugement de ce dossier. ‘’ L’Etat doit comprendre combien de fois la Guinée a besoin de ce procès. Cette justice, ce n’est pas que pour les victimes mais c’est pour tout le peuple de Guinée ‘’, a commenté Asmaou DIALLO. Avant de révéler : ‘’ on est fatigué de rester les bras croisés, huit ans c’est trop.’’

‘’ On ne peut pas aller au-delà du 28 septembre 2017. Si la volonté politique ne se manifeste pas en termes d’intention d’aller au procès, nous allons tirer toutes les conséquences ‘’, a prévenu le patron de l’OGDH. Abdoul Gadiri DIALLO, assure que leur démarche vise à sensibiliser les pouvoirs publics et expliquer la nécessité de respecter et de défendre les droits de l’Homme. ‘’ La préoccupation qui nous a toujours animé, c’est de voir que ce procès soit didactique pour que les autorités comprennent qu’il y’a des choses qu’on ne peut pas se permettre parce qu’on détient la puissance publique ‘’, a-t-il conclu.

Aliou BALDE
+224 628 006 243 / contact@lepointplus.info

   Envoyer l'article en PDF   
Categories: Société

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/0/d573822859/htdocs/clickandbuilds/LePointPlus/wp-content/themes/novomag-theme/includes/single/post-tags.php on line 4

About Author

Write a Comment

Laisser un commentaire