Voici en trois étapes comment Oustaz Taîbou s’est mis le doigt dans l’œil

Voici en trois étapes comment Oustaz Taîbou s’est mis le doigt dans l’œil

C’est une affaire à laquelle que le prédicateur pouvait bien s’en passer. L’homme connu et respecter pour sa quasi-parfaite maîtrise du saint coran et des hadiths pourrait être reconnu coupable de multiples infractions, dont un abus de confiance et de tentative d’intimidations. C’est en tout cas la synthèse des informations à notre disposition.

Selon un interlocuteur proche du dossier, tout a commencé courant second trimestre de l’année 2016 lorsque le religieux est allé voir un de ses amis cambiste pour demander un prêt de $15.000 (quinze mille dollars américains). Une somme qu’il n’a pu obtenir lors de sa première tentative.

À l’approche du moi saint de Ramadan, le prédicateur Taîbou a relancé pour tenter d’obtenir 8.000.000.000 (huit milliards) de francs guinéens. Séance tenante, révèle la source, le prédicateur aurait reçu deux milliards comme créance. Avant de recevoir trois autres milliards de francs des mains du même cambiste, qui devrait percevoir les cinq milliards de francs guinéens après la vente d’un stock de marchandises que le religieux affirmait détenir à Dakar. En dépit du non respect du calendrier de paiement, explique l’interlocuteur, il est allé plus loin pour faire l’inimaginable.

Puisque Oustaz Taîbou voulait avoir huit milliards de francs guinéens, enchaîne t-il, il aurait profité d’une transaction pour prendre trois autres milliards de francs avant même de consulter son ami cambiste avec qui il faisait affaires. Et au près de qui les créances ont été scellé. Durant le mois saint de Ramadan, alors que le créancier s’apprêtait pour se rendre à la Mecque, ” des intenses tractations ont été menées pour faire ramener Oustaz Taîbou à s’acquitter. Mais les multiples démarches n’ont rien donné “, s’indigne la source.

Ce fut donc le début d’intense épreuve de force entre les deux parties. Puisque devant le non respect de nombreuses échéances, dont le but était d’éviter du bruit autour de cette histoire, le créancier s’est retrouvé dans l’obligation de faire intervenir des proches et des bonnes volontés et ensuite, les autorités. L’interpellation d’une des femmes du prédicateur a mis celui-ci hors de contrôle. Et lors d’un échange téléphonique avec le créancier, Oustaz Taîbou aurait préféré des propos qui ressemblent à une tentative d’intimidations.

” C’était une grosse surprise de l’entendre dire à un homme qui lui a accordé une confiance à cause de son statut de prédicateur (…) Oustaz Taîbou est allé jusqu’à faire entendre qu’il venait en Guinée pour que son ami l’envoie en prison comme c’est le cas de sa femme, qui sejourne à la prison civile de Conakry “. C’est donc une histoire dont il pouvait bien se faire l’économie. Nous y reviendrons !

Aliou Baldé
+224 628 006 243 / contact@lepointplus.info

   Envoyer l'article en PDF   
Categories: Société

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/0/d573822859/htdocs/clickandbuilds/LePointPlus/wp-content/themes/novomag-theme/includes/single/post-tags.php on line 4

About Author

Write a Comment


Warning: Illegal string offset 'rules' in /homepages/0/d573822859/htdocs/clickandbuilds/LePointPlus/wp-content/themes/novomag-theme/functions/filters.php on line 199

Warning: Illegal string offset 'rules' in /homepages/0/d573822859/htdocs/clickandbuilds/LePointPlus/wp-content/themes/novomag-theme/functions/filters.php on line 200
<