En colères, deux étudiants n’épargnent pas le ministre Yero Baldé

En colères, deux étudiants n’épargnent pas le ministre Yero Baldé

Lettre ouverte au Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique

Monsieur le Ministre !

L’avenir de ce pays, c’est bien l’éducation. Et cette éducation supérieure, surtout, en est un ressort important car, c’est là que l’on apprend sa véritable orientation qui est liée à ce qu’on peut ainsi appeler spécialité. Du coup le professeur Alpha Condé, a dit récemment que : « les étudiants guinéens n’ont pas de niveau ». Mais, étant ministre de ces étudiants, avez-vous fait un minimum d’effort pour que ces derniers aient un niveau qualifié ? Avez-vous établi des stratégies pouvant permettre aux universités guinéennes de s’épanouir dans le giron de la sous région ? Saviez-vous que l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry ne fait point partie des 200 meilleures universités d’Afrique ? Je pense que l’heure est grave monsieur le ministre et sachez que l’on ne saurait développer un pays sans développer son système éducatif. Et le nôtre est décadent.

Monsieur le Ministre !

Nous profitons de cette présente lettre pour vous expliquer les problèmes dont souffrent les étudiants que nous sommes avec un système éducatif moribond. Les problèmes germent du jour au lendemain mais les solutions ne sont guère tangibles. Le manque de niveau des étudiants dénote forcément de l’Etat, car c’est à lui de former sa jeunesse. Donc, la solution reste l’Etat bien qu’il doit y avoir un certain effort de la part des apprenants. Toutefois, celui-ci doit se baser sur des équipements et infrastructures de bases améliorées.

Le manque de pragmatisme dans les domaines techniques dérive de l’Etat du fait qu’il a fuit sa responsabilité dans l’équipement des laboratoires existants depuis l’ère russe à l’UGANC, par exemple, depuis 1962. Le manque de moyens adéquats permettant à l’étudiant de mieux s’adapter aux réalités du monde d’aujourd’hui. Le manque d’actualisation des cours enseignés dans les universités : il y existe une multitude de professeurs de plus de trente ans de service qui enseignent à plusieurs générations les mêmes notions. Aucune mise à jour !

Monsieur le Ministre !

Sachez que l’État est justement une continuité. Au moment où votre prédécesseur était au ministère de l’enseignement supérieur, Le président de la République en complicité avec son ministre avaient promis des tablettes aux étudiants. Mais, où sont-elles ? Toujours de belles initiatives illusionnistes pour endormir les consciences des gens.

Monsieur le Ministre !

Si vous voulez faire une campagne pour le président, c’est bien, mais la plus belle campagne serait le fait de rehausser le niveau du système qui vous est confié. Améliorer ce système signifie au moins avoir une Université digne de nom et un Centre de recherche compétitif qui est différent des petits locaux où certains : « enseignant-chercheurs » excellent dans le copier-coller.

Le plus inquiétant, c’est seulement en Guinée que nous pouvons voir quelqu’un qui n’a pas le Master enseigné dans les institutions d’enseignement supérieur ou encore quelqu’un, qui a le doctorat n’écrit point et il n’a que son mémoire comme ouvrage. Dans les autres universités du monde, aujourd’hui, on voit et observe, ceux qui sont admis pour donner des cours ont déjà écrit et écrivent encore. Seulement dans notre pays, on n’exige pas aux enseignants en sciences humaines de produire ​des livres. Nous enseignons sur quelle base ? Ou bien allons-nous continué à pays des super « gloutons » à la tête bien pleine ?

Monsieur le Ministre !

La formation des formateurs via l’ISEEG et l’ENI est de nos avec une effectivité nulle. Les enseignants qui obtiennent des « PV » à Dubréka sont des gens qui payent pour l’obtention, ils sont soumis à un test formel qui a un nul effet sur leur admission. Comment parlez de l’enseignement supérieur et de surcroît la recherche scientifique quand même la théorie enseignée est tordue et les laboratoires n’ont pas d’équipements encore moins de spécialistes habitués à l’expérimentation.

Si vous parlez aujourd’hui à certains de laboratoire social, ils vous demanderont, c’est quoi ça ? Alors que dans les autres pays, ce sont des laboratoires sociaux d’anthropologie, de psychologie, de sociologie, d’histoire qui interviennent plus sur le terrain pour chercher la solution à plusieurs problèmes, tels que les conflits d’ordre sociaux dont fait face la Guinée.

Monsieur le Ministre !

Surtout, ne confondez votre petit bureau climatisé de la Banque Centrale et de la gestion de billets à celle humaine. C’est totalement opposé. Si vous n’aviez pas l’habitude de voir assez de gens et bien habituez vous et faites en sorte que l’enseignement rayonne, si non rendez le tablier pour retourner à votre ancien boulot. Vos dons, on n’en a pas besoin, vous avez déjà une tâche alors faites en sorte de bien la faire.

Espérant que nos critiques sont ni fâcheuses moins subjectives, veillez agréer monsieur, le ministre, l’expression de notre très profonde tristesse. Cordialement !

Par Diallo Mamadou Bailo Poredaka et Baldé Elh. Ousmane

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   
Categories: Point de vue

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/0/d573822859/htdocs/clickandbuilds/LePointPlus/wp-content/themes/novomag-theme/includes/single/post-tags.php on line 4

About Author

Write a Comment


Warning: Illegal string offset 'rules' in /homepages/0/d573822859/htdocs/clickandbuilds/LePointPlus/wp-content/themes/novomag-theme/functions/filters.php on line 199

Warning: Illegal string offset 'rules' in /homepages/0/d573822859/htdocs/clickandbuilds/LePointPlus/wp-content/themes/novomag-theme/functions/filters.php on line 200
<