Prison centrale de Conakry : des détenus sont sans nouvelles !

Prison centrale de Conakry : des détenus sont sans nouvelles !

Karim Mohamed Zaki s’est évadé dimanche, 09 août de la prison centrale de Conakry. L’homme de nationalité égyptienne était poursuivi pour une affaire de « trafic de diamant ». Selon une source carcérale, au moins cinq autres détenus ont pu se sauver ces trois derniers mois dans des conditions très douteuses.

« Avant l’invasion, le type c’était fait passer pour un malade afin de se retrouver à la clinique », a introduit l’informateur contacté par guineeinfos.org et lepointplus.info ; l’idée, explique t- il était d’organiser sa fuite contre une baguette de ‘’douze (12. 000) dollar.’’

Après une première tentative manquée, les choses se sont compliquées et naturellement l’homme a fini par prendre les devants.  ‘’Tout allait très bien entre le détenu, le médecin et les gardes pénitenciers. Mais, les modalités de paiement sont venus changer la donne et c’est à ce niveau que le miracle s’est produit’’, révèle la source.

L’allure des évènements a mis en nue l’inquiétante vulnérabilité de l’Administration pénitentiaire et au-delà, une grave faille sécuritaire  qui nécessitent une réaction rapide et efficace. A ce stade, confie l’interlocuteur, plusieurs agents qui auraient contribués à ces évasions sont mis aux arrêts pour des fins d’enquêtes.

Approché par nos soins, une source judiciaire déclare : ‘’ officiellement ces détenus sont toujours en prison.’’ Toutefois, l’informateur n’exclut pas qu’un tel fait soit enregistré au niveau de la prison civile de Conakry.

Le véritable problème regrette la source, c’est du fait que des gens utilisent d’anciens documents pour faire libérer des récidivistes. Dans cette conspiration, renchérit- il : ‘’ avec la bénédiction de certains  magistrats stagiaires et de quelques substituts, les gars de la prison utilisent les mandats de dépôts des personnes soit décédées ou déjà libérées.’’

Parmi ces présumés évadés, figurent des personnes qui ont perpétrées des attaques à main armées, entrainant souvent des pertes en vies humaines. Et ce fait, pose d’énormes problèmes aux actions de luttes contre l’insécurité.

Par ailleurs, plusieurs rapports ont révélé que la maison centrale de Conakry avait une capacité de détention maximale de 300 prisonniers alors que l’établissement compte en ce moment plus de 1000 détenus.

La rédaction

contact@lepointplus.info

   Envoyer l'article en PDF   
Categories: Actualité, Société

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/0/d573822859/htdocs/clickandbuilds/LePointPlus/wp-content/themes/novomag-theme/includes/single/post-tags.php on line 4

About Author

Write a Comment

Laisser un commentaire