Des agents de sécurité dans le viseur de Human Rights Watch (rapport) !

Des agents de sécurité dans le viseur de Human Rights Watch (rapport) !

Les services de sécurité se sont rendus responsables de graves violations de droits humains. Plusieurs de ses membres ont affiché un manque de neutralité politique lorsqu’ils sont intervenus dans des manifestations de l’opposition en avril et mai 2015, a indiqué un rapport de Human Rights Watch publié ce jeudi, 30 juillet.

L’organisation invite le gouvernement à prendre des actions  urgentes afin d’établir les responsabilités et améliorer les qualités des opérations de maintien d’ordre à travers des initiatives conformément aux exigences internationales.

« Étant donné le niveau actuel des tensions ethniques et politiques et le risque de violences continues liées aux élections, le gouvernement doit tout simplement prendre des mesures pour faire face à ces abus », a commenté la directrice de la division Afrique de l’Ouest à Human Rights Watch. Corinne Dufka conseille une réaction rapide des autorités afin de mettre un terme à de tels agissements.

Pendant 10 jours en mai et en juin, Human Rights Watch a effectué des recherches sur les violences qui se sont déroulées dans la capitale, Conakry. Au terme de son enquête, l’organisation soutien que des agents de sécurités ont violenté des personnes qui ne présentaient aucune menace apparente et ont détruit des biens. « Le gouvernement doit améliorer la discipline dans les rangs et s’assurer que toute personne responsable soit tenue responsable », a insisté Mme Dufka.

En 2009, la Guinée a entamé un processus de  réforme du secteur de la sécurité, pour professionnaliser les forces de sécurités. Six ans après, les multiples bavures préoccupent Human Rights Watch et elle ne cache pas son inquiétude pour l’avenir du pays. L’organisation « reste préoccupé par le fait que les agents de la police ou de la gendarmerie qui ont commis des abus pendant les manifestations sont rarement sanctionnés. »

Toutefois, reconnait le rapport : ‘’ le processus de réforme du secteur de la sécurité a fait des progrès, notamment l’élaboration et la mise en œuvre de codes de conduite pour améliorer la discipline des forces de sécurité, ainsi que des efforts de formation. Cependant, révèle le document : des diplomates, des défenseurs des droits humains et des autorités policières ont expliqué que la formation avait bénéficié de manière disproportionnée à l’armée et aux gendarmes’’.

Tous ces efforts ne doivent pas masquer l’indiscipline des services concernés, prévient Human Rights Watch. L’organisation encourage donc le gouvernement à traduire en justice les responsables des abus, à s’assurer que les membres des forces de sécurité respectent les principes de base des Nations Unies sur le (recours à la force et l’utilisation des armes à feu par les responsables de l’application des lois), et à établir un comité de surveillance civile indépendant pour la gendarmerie et la police nationale guinéennes.

Aliou Baldé

contact@lepointplus.info

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   
Categories: Actualité, Société

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/0/d573822859/htdocs/clickandbuilds/LePointPlus/wp-content/themes/novomag-theme/includes/single/post-tags.php on line 4

About Author

Write a Comment


Warning: Illegal string offset 'rules' in /homepages/0/d573822859/htdocs/clickandbuilds/LePointPlus/wp-content/themes/novomag-theme/functions/filters.php on line 199

Warning: Illegal string offset 'rules' in /homepages/0/d573822859/htdocs/clickandbuilds/LePointPlus/wp-content/themes/novomag-theme/functions/filters.php on line 200
<