L’interview de la semaine : Cinq questions pour le président de l’Union Guinéenne pour la Démocratie et le Développement- UGDD

L’interview de la semaine : Cinq questions pour le président de l’Union Guinéenne pour la Démocratie et le Développement- UGDD

L’opposition républicaine manifeste depuis le 13 Avril 2015 pour dénoncer le chronogramme électoral dévoilé début mars par la Commission Electorale Nationale Indépendante, elle-même source de problèmes entre le président Alpha Condé et ses adversaires qui dénoncent une Institution « caporalisée » par le régime actuel prêt à tout pour « s’offrir » un second mandat. A ce stade donc, nombreux guinéens craignent une radicalisation des positions qui risquerait de faire capoter les acquis des dernières années d’un pays qui a parcouru un très long chemin pour ne plus revivre des bêtises humaines.
La situation est d’autant inquiétante que la prise de parole se fait rare pour proposer une solution alternative. Mais le président de l’Union Guinéenne pour la Démocratie et le Développement entend bien se faire entendre. Georges Gandhi Faraghet Tounkara, qui nous a accordez une longue interview mardi, 19 mai 2015 ; souhaite le respect de l’adversité et compte faire de sa formation politique une force au service du citoyen. Lisez !
Lepointplus.info : Georges Gandhi faraghet Tounkara, Bonjour !
Georges Gandhi : Bonjour monsieur Baldé
La situation sociopolitique est toujous tendue entre pouvoir et opposition, divisés sur l’interprétation du calandrier électoral. Et depuis quelques semaines, vous (opposition) manifestez pour exprimer le rejet de l’ordre des élections mais visiblement, vous n’arrivez toujours pas à découvrir la bonne formule pour faire plier le régime. Alors, après une dizaine de journées de colères dites- nous ce que vous avez tiré comme enseignement ?
Les enseignements qu’il faut tirer c’est qu’il y a eu des violences qui ont entrainé d’énormes dégâts, il faut que cela s’arrête. Et que des dispositions soient prises pour montrer notre contestation. C’est pour cela que l’UGDD propose d’aller aujourd’hui vers un sit- ing qui consistera à ce que tous les leaders politiques mais également tous les députés de l’opposition puissent aller devant la CENI pour exprimer notre désapprobation. Parce que les guinéens sont fatigués et l’UGDD souhaite une démocratie apaisée et consensuelle.
Est- ce que vous avez approchez vos paires de l’opposition pour leur expliquer cette ‘’innovation’’?
Nous allons très bientôt faire cette proposition et si nous ne sommes pas suivis par le reste de l’opposition, alors nous irons rencontrer la Commission Electorale pour dire ce que nous pensons. Nous adresserons également des requêtes à la Cour Constitutionnelle de notre pays et même à la CEDEAO car des textes de cette organisation sont aussi violés par les autorités actuelles
Quelles sont les chances de réussite que vous disposez pour mener seul un combat qu’on pourrait même qualifié d’une aventure incertaine dans un pays comme la Guinée?
Nous ne cherchons pas à plaire à qui que ce soit. Nous cherchons simplement à faire ce que nous dévons faire pour le bien du peuple de Guinée. Nous apportons des nouvelles formules, c’est ça l’innovation. Nous voulons sortir de ces deux antagonismes pour aller vers une troisième voie à proposer aux guinéens pour qu’ils sachent que c’est au sein de l’UGDD que chacun peut se retrouver autour des valeurs d’unités, des valeurs de paix, des valeurs d’équité mais également des valeurs constructives pour la nation. Aujourd’hui la Guinée est divisée, on parle d’ethnocentrisme, de régionalisme… nous (UGDD) invitons les compatriotes à nous écouter et à nous suivre pour sauver notre pays car nous voulons mettre fin à tous çà
Monsieur Tounkara, l’autre sujet qui alimente les débats c’est l’annonce il y a quelques jours de la rentrée en politique de l’ex chef de la junte militaire, le capitaine Moussa Dadis Camara et de son intention à se lancer dans la course pour la présidentielle prochaine. Comment analysez cela ?
Nous saluons l’arrivée d’un fils du pays qui veut contribuer à la reconstruction nationale
L’électorat de la zone forestière échappe toujours au contrôle de tous ces partis politiques qui se livrent la bataille pour la conquête d’un marché politique inconnu. Mais sachant la « popularité » de l’ancien capitaine, est-ce que sa formation politique ne risque pas de rafler l’essentiel ?
Sourires, tout dépend de l’implantation des uns et des autres. Nous-nous sommes très serein parce que nous avons une vision qui ne concerne pas que la foret mais de toute la Guinée et c’est l’essentiel, parce que notre formation politique n’est pas régionale.
Monsieur Georges Gandhi Faraghet Tounkara, je vous remercie !
Entretien réalisé par Aliou Baldé

   Envoyer l'article en PDF   
Categories: Politique

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/0/d573822859/htdocs/clickandbuilds/LePointPlus/wp-content/themes/novomag-theme/includes/single/post-tags.php on line 4

About Author

Write a Comment


Warning: Illegal string offset 'rules' in /homepages/0/d573822859/htdocs/clickandbuilds/LePointPlus/wp-content/themes/novomag-theme/functions/filters.php on line 199

Warning: Illegal string offset 'rules' in /homepages/0/d573822859/htdocs/clickandbuilds/LePointPlus/wp-content/themes/novomag-theme/functions/filters.php on line 200
<